Taïwan

Une île à la frontière de la Chine et du Japon...
Décembre 2019
2 semaines
22
déc

Jour 120

Nous arrivons à Taipei à 00h30. On passe la douane, on récupère les bagages et on grimpe dans un Uber! La route défile, on est un peu dans un état second... Arrivés à l’hôtel, un petit mot nous attend et on trouve avec bonheur le confort d’un lit moelleux après 24h de voyage.

Petits chaussons obligatoires dans la chambre!

Le matin, nous nous réveillons à 9h et prenons le petit déjeuner dans le grand salon commun de notre auberge de jeunesse. Nous sommes les seuls Occidentaux. Les autres touristes semblent tous être chinois ou japonais. On fait un peu tâche!

Nous partons explorer Taipei à pied. La première chose qui nous surprend, c’est la hauteur des immeubles: pas de gratte ciel ici mais des immeubles à taille humaine. Les rues sont très calmes: peu de trafic, pas de klaxon. C’est très surprenant pour une capitale (ça nous rappelle Tokyo où on avait eu le même étonnement). Du coup, on prend plaisir à se balader à pied.

Nous visitons le Old Taipei avec un arrêt au Longshan Temple. C’est le plus vieux temple de Taipei. Il est situé dans le vieux quartier de Wanhua. Il fut construit en 1738 par des colons venus de Chine. Détruit à plusieurs reprises, sa configuration actuelle date des années 50. Le toit est bordé de nombreux dragons joliment peints.

Temple de Longshan 
Détails du toit de Longshan 

Longshan est très fréquenté par les taïwanais venus pour prier et se rencontrer. Les fidèles, autant bouddhistes que taoïstes, y brûlent des bâtonnets d’encens, prient et se livrent à l’interrogatoire des divinités sur leur avenir. Nous observons pendant un long moment les fidèles qui lancent des croissants de lune au sol. En fait, de cette manière, ils interrogent les divinités à propos d’un événement futur. Ils posent une question dont la réponse doit être oui ou non. Ils lancent ensuite les croissants de lune 3 fois de suite. Selon la face sur laquelle retombent les croissants de lune, la réponse est oui ou non. Si les croissants de lune montrent 2 faces différentes, c’est que la question est soit délirante, soit que la personne connait déjà la réponse...

J’avoue que c’est très amusant à regarder même si dans la manière dont ils serrent les croissants de lune dans leurs mains, on sent tout l’enjeu qu’il y a derrière la question posée et la superstition qui va avec. Ils posent des questions à propos de leur business, de leurs études ou même à propos de leur vie sentimentale.

Chaque fidèle brûle des bâtonnets d’encens (nombre impair) puis adresse une prière. C’est le rituel de l’offrande de l’encens.
Les fameux croissants de lune que l’on pioche par paire pour obtenir des réponses à ses questions. 

Nous poursuivons par un stop dans une petite galerie que nous prenons à tort pour l’allée de l’herboristerie. Quelques boutiques se succèdent.

Herboristerie  

Le Bopiliao est une reconstitution d’immeubles tels qu’ils étaient sous l’occupation japonsaise au début du siècle, avant le miracle économique.

Bopiliao 

La Red House est un autre bâtiment témoin de la période d’occupation japonaise. Construite en 1908 par les japonais, le bâtiment octogonal, tout en briques rouges était un marché couvert. Il est aujourd’hui situé au cœur d’un quartier résolument moderne. Il y a tout autour de nombreux restaurants et bars gay-friendly. Taïwan est en effet le pays d’Asie le plus en avance vis à vis de l’homosexualité. (L‘autorisation du mariage gay a été votée cette année).

La Red House 

Quelques rues plus loin, nous débouchons sur Ximending et sa zone piétonne. Ces rues entièrement dédiées au shopping sont très populaires et fréquentées par les jeunes.

Nous y prenons notre pause repas dans un restaurant japonais.

Ximending 


Station de métro avec un gros nounours! 
Les Taïwanais sont de grands enfants! Il y a ce genre de boutiques partout! 

Nous poursuivons ensuite plus au nord jusqu’à Dihua Street, une jolie rue emplie de vieilles échoppes d’herboristerie. C’est une des plus anciennes rues de Taipei. Les boutiques sont très belles, les étals sont remplis et chaque chose est joliment empaquetée. Beaucoup de fruits secs, thés et herbes séchées. Mais aussi des choses très bizarres: des nids d’hirondelle, des ailerons de requins, des champignons séchés, pattes d’animaux en tout genres et plein d’autres choses non identifiées (!) appartenant à la médecine traditionnelle chinoise.

Sur Dihua Street 
1 exemple de produit non identifié... 1 grosse langue? 1 fruit séché? Non c’est du wuyuzi: des gonades femelles de poisson séché!!

Le soir, nous allons en métro flâner dans le Night Market de Shillin. C’est très animé! Beaucoup de boutiques et quelques stands de nourriture qui se succèdent. Pas mal de stands où sont cuisinés viande,poissons, champignons...

Nous y goûtons une spécialité: le tofu puant. L’odeur est forte voire très nauséabonde mais le goût est moins prononcé que l’odeur!

Nous goûtons aussi des mini ravioles fourrés au porc et aux légumes: un délice!

Et nous buvons un bubble tea, une autre des spécialités: un thé avec des boules de tapioca à l’intérieur. Surprenant une fois encore mais délicieux!

Soirée au night market de Shillin 

Cette première journée nous a absolument ravi! L’Asie a toujours cet immense pouvoir de dépaysement! Taïwan semble être un mix entre le Japon et la Chine et c’est vraiment prometteur pour les jours à venir!!

Jour 121

Nous commençons la journée par la visite du temple de Confucius, à l’ambiance très zen. Le temple se trouve derrière une succession de portes.

Porte Yi, temple de Confucius 

Des dragons sculptés s’enroulent autour des colonnes. Ils ne sont pas encore parvenus aux cieux et sont ici en attente!

Dragons enroulés autour des colonnes et autres détails du temple 

Confucius (551 avt JC-479) était un philosophe et éducateur chinois, fondateur du confucianisme. “Les Entretiens” de Confucius recueillent ses actions et ses paroles. Ils ont grandement influencé le peuple chinois. Confucius met l’accent sur l’éthique et la moralité et il a aujourd’hui encore une grande influence sur le mode de pensées et les valeurs chinoises.

"Exige beaucoup de toi-même et peu des autres, c'est le moyen d'écarter toute animosité." Confucius

Le mur Waren et le pont Pan 

Le mur Waren, par sa taille rappelle l’ampleur et la profondeur de la connaissance de Confucius. Confucius aimait à rappeler qu’il n’y a pas d’autre voie que la persévérance dans les études.

Temple de Confucius 
Intérieur du temple 

Nous visitons ensuite le temple de Bao An attenant qui tranche avec celui du Confucius car il est richement orné. Il est consacré au dieu de la médecine: Baosheng Tati. Nous observons les aller et venues des fidèles et retrouvons les mêmes rituels qu’hier au temple Longshan avec les croissants de lune.

Temple Bao An 

Au fond du temple, le dernier « autel » est consacré au culte des ancêtres avec de grandes colonnes sur lesquelles sont inscrites les noms des personnes décédées.

La colonne avec tous les noms des ancêtres et devant, l’autel avec les offrandes et les fameux croissants de lune.

Les détails des toits des temples sont difficiles à prendre en photo mais je vous assure que quand on est en face c’est un régal. Il y a plein de détails amusants à regarder, un peu comme une mini crèche.

Détails des toits 

Nous nous rendons ensuite au Grand Hotel, de l’autre côté de la rivière Keelung. Un immense hôtel de luxe construit dans le pur style chinois, par Chiang Kai Shek pour recevoir les dignitaires.

Grand Hotel  

Nous mangeons dans le quartier de Dongmen. Nous vivons un premier long moment de solitude devant la carte qui est uniquement en chinois et le serveur ne parle pas anglais! On choisit donc sur photo et on croise les doigts pour que la viande ne soit pas trop immonde! On s’en sort plutôt pas mal: on nous sert une soupe de ramens au porc plutôt goûtue.

Et là, on sort de notre zone de confort!!! 

Nous visitons ensuite le mémorial de Chiang Kai Shek, véritable lieu de pèlerinage des taïwanais qui viennent ici rendre hommage à celui qui a dirigé Taïwan pendant près de 30 ans ( jusqu’en 1975). Le mémorial abrite un musée qui explique le parcours de Chiang Kai Shek avec son ascension au pouvoir et une grande statue de bronze gardée par des soldats taïwanais (nous assistons à la relève de la garde).

 Le mémorial au fond
La statue de Chiang Kai Shek et un garde de l’armée  

Chiang Kai Shek était un militaire, chef des armées chinoises et président de la république chinoise avant la seconde guerre mondiale. Il lutta contre l’invasion japonaise. Après 1945 et la défaite japonaise il appelle à la non revanche pour le maintien d’une paix durable.

Chiang Kai Shek 

Après la seconde guerre mondiale la Chine est en grande difficulté économique à cause de l’effort de guerre. Le parti nationaliste (Chiang Kai Shek) et le parti communiste (Mao) s’affrontent pour le pouvoir. Les américains essayent de jouer les médiateurs. En 1949, Mao proclame la République populaire de Chine basée sur le modèle soviétique.

Chiang Kai Shek a donc échoué et décide de s’établir à Taïwan pour maintenir son gouvernement, poursuivre la lutte et espérer récupérer le pouvoir plus tard. Il asseoit son autorité en tant que président de Taïwan, développe un système politique, éducatif propre à Taïwan et mène une politique de propagande pour combattre le communisme et les russes pendant la période de la guerre froide. Il s’octroie cependant le statut de président à vie, ce qui ternit son image. Il meurt en 1975.

Nous nous rendons à la Taipei 101 (pour 101 étages) construite en 2004, 508m. Elle a au sommet une grande boule de stabilisation en acier pour la protéger des séismes et des typhons. (Elle peut supporter des vents jusque 218 km/h). Sa forme de pagode ou de fleur en pleine éclosion est vraiment chouette! Elle est très esthétique.

Son sommet est caché par les nuages. Nous essayerons d’y revenir en fin de séjour s’il fait beau.

La tour Taipei 101 dont le sommet est dans le nuage! 

Nous mangeons dans le food court de la tour. J’échappe de peu à une soupe au sang de cochon en accompagnement de mon plat de tofu!! En dessert, nous goûtons une spécialité taïwanaise: la mango snow ice. Un dessert à se partager car il est tout simplement énorme! Mangue fraîche, glace pilée, glace à la mangue et un petit flan à la mangue. Plutôt bon!!

Mango Ice  

Repus, nous rentrons en métro. Le métro de Taipei ne fait pas exception aux métros des autres grandes villes d’Asie. Propre, moderne, safe, climatisé et très simple d’utilisation. Il est aérien sur certaines parties ce qui est vraiment sympa pour profiter de petits coups d’oeil sur la ville.

Un touriste à Taipei 

Jour 122

Nous prenons la navette pour l’aéroport pour aller récupérer notre voiture de location. Nous avons réservé une petite Toyota Yaris pour 12 jours! A l’agence, l’accueil est très prévenant et très organisé. Ils nous expliquent les règles et signalisations propre à Taïwan (avec un petit livret très bien fait) histoire qu’on ne se prenne pas une prune juste parce que ce n’est écrit qu’en chinois. Par exemple pour le stationnement dans les rues, il suffit de se garer et quelqu’un passe régulièrement apposer un ticket sur le pare brise. Ce ticket fait office de facture et on a ensuite 8 jours pour aller la payer dans un 7eleven ou un Family Mart. Ce sont des supérettes ouvertes 24h/24 qu’on trouve absolument partout dans Taïwan. Très pratique.

Nous visitons ensuite le musée national du palais qui est un peu excentré par rapport au centre de Taipei.

Musée national  

Le musée abrite des antiquités chinoises. La plupart des œuvres proviennent de la cité interdite de Pékin et ont été récupérés juste avant la révolution culturelle quand le régime nationaliste s’est réfugié à Taïwan. Cela a permis de sauver une grande partie du patrimoine chinois.

Porcelaines avec des émaux peints, dynastie Qing 

Nous pouvons donc y voir des collections de porcelaines des différentes dynasties chinoises (Ming et Qing en majorité), des bronzes anciens, du mobilier et toute une collection d’œuvres en jade ( le jade étant une pierre précieuse que les chinois apprécient énormément).

Sculptures en jade et superbe paravent en jade 
Boites à curiosités, XVIIème siècle 

Avec un audio guide en français, on apprécie vraiment la visite. Les collections sont bien mises en valeur.

Nous prenons ensuite la direction de Keelung à 45 minutes au Nord est de Taipei, au bord de la mer. Pour rejoindre notre air b&b, on galère un peu avec l’adresse qui n’est pas dans maps me. En fait, les noms chinois traduits ne correspondent pas toujours aux noms dans le GPS et ce n’est pas évident. Le proprio nous répond en chinois. Mais finalement, on s’en sort.

Sauf qu’arrivés au air b&b c’est un peu la grosse blague. On n’avait encore pas eu ce genre de mauvais plan depuis le début de notre voyage. Mais là, le proprio est bourré et recoit toute sa famille. Il nous montre notre chambre qui ne ferme pas à clé, qui est affreusement sale et qui ne correspond pas aux photos qu’on avait vu sur internet. Grosse arnaque. En plus on est dans un coin un peu glauque. Il nous sort des serviettes de toilette après qu’on ait fait un jeu de mimes pour lui faire comprendre ce qu’on voulait; mais celles ci sont en boules et semblent sortir tout droit de la balle à linge sale. Je sens Micka à bout de nerfs... surtout que la chambre n’était vraiment pas donnée mais on ne trouvait rien, tout était plein partout!!

Nous repartons en ville manger. On se gare en centre ville. Là encore tout est écrit en chinois seulement et ce n’est pas simple de comprendre au premier coup d’œil le fonctionnement de ce parking souterrain. On s’en sort mais c’est marrant de voir comme les choses simples du quotidien deviennent compliquées quand on n’a pas le même alphabet. On peut dire qu’on est dépaysés! Ceci dit les chinois ont un vrai sens pratique et généralement tout est différent de chez nous mais très logique, moderne et pragmatique.

Nous allons manger au night market de Keelung, un des plus réputés de Taiwan. Il est effectivement magnifique avec des étals très variés, très beaux. La rue elle même est décorée de lampions et il y a plein de petites tables attenantes à chaque stand pour s’asseoir. Un vrai plaisir d’y flâner.

Night market de Keelung 

Tout est en chinois une fois encore mais on se régale de dumplings et nous testons la saucisse de riz au fromage. On ne peut pas dire qu’on ait pris des risques culinaires mais peu à peu ça va venir. Disons qu’on y va doucement car les stands regorgent d’abats en tout genre donc faut quand même avoir le cœur bien accroché!

Saucisse de riz au fromage  
24
déc

Jour 123

Nous quittons notre air b&b de très bonne heure. Le salon du propriétaire est un champ de ruines, ils ont fait la fête tard, je pense. Pas de petit déjeuner bien sûr... Bref, on est mal tombé, on passe à autre chose... Nous prenons notre petit déjeuner au 7 eleven et roulons jusqu’ à Jiufen.

Jiufen est un village de charme taïwanais, situé un peu sur les hauteurs.

A l’origine, le village était habité par 9 familles. Fin XIXème, l’exploitation d’une mine d’or à proximité favorisa le développement de la ville qu’on surnomma alors “Little Shangaï”. A la fin des années 30, la mine est tarie, le village tombe dans l’oubli jusqu’à ce qu’il renaisse grâce au tourisme.

Jiufen  

Nous arrivons tôt ce qui nous permet de visiter le village avant que les bus ne débarquent car on est dimanche, jour de grande fréquentation! La vue sur la baie de Keelung et la montagne de Keelung (un volcan éteint de 588m de haut) est belle.

Vue sur la baie de Keelung 

Jiufen est traversé par une vieille rue typique avec de nombreuses boutiques et échoppes qui font goûter aux touristes leurs produits.

Rues de Jiufen 

Nous en profitons pour tester un nouveau dessert: le tofu pudding. Un tofu qui ressemble à un flan avec des boules de taro (une tubercule), très bon!

Tofu pudding 

Le stop suivant est aux Golden Waterfall: des cascades à la couleur particulière liée au fait qu’elles sont chargées en cuivre et fer car elles traversent les mines d’or. Comme le ciel s’est bâché, le rendu n’est pas folichon.

Golden Waterfall  

Nous prenons la route pour Lukang, à l’Ouest de l’île (car la météo n’est pas favorable sur la côte est cette semaine). De Taipei à Lukang ce n’est qu’une succession de villes, comme une grande conurbation et c’est très industrialisé avec des usines, des énormes lignes électriques. Pas forcément très sexy à voir mais n’oublions pas que Taïwan fait partie des 5 “dragons” (puissances économiques) de l’Asie. Les grandes entreprises taïwanaises sont dans le secteur informatique: ordinateurs (azus, acer) téléphonie (Foxconn, pas forcément connu, mais qui fabrique en fait tous les iPhone pour Apple) composants et secteur des vélos (Giant et Merida). Le PIB par habitant est supérieur à la France. Le pays est d’un dynamisme incroyable. Les Taïwanais sont très bosseurs: ils cumulent souvent 2 boulots. Un dicton Taïwanais dit que si un Taiwanais n'a pas 2 boulots c’est qu’il en a 3.

A Lukang, nous sommes accueillis par la fille de la proprio, absolument adorable! Elle ne parle pas anglais et nous accueille en traduisant sur son iphone. Elle nous offre des petites brioches pour le goûter. Bref, ça nous réconforte trop par rapport à notre nuit d’hier!

Lukang nous plait beaucoup. Nous nous baladons dans cette ville qui est une des plus anciennes de Taïwan. Le temple de Longshan date du XVIIème siècle. Il est le plus ancien temple bouddhiste de Taïwan. Il est sobre, en bois et joliment peint. Un vrai petit bijou. Le soir, il est éclairé par de jolis lampions.

Temple de Longshan 
Détail d’un plafond-temple de Longshan 

Nous traversons l’allée des gentlemen, une ruelle très étroite (70 cm seulement de large!)

Allée des gentlemen 

Puis nous flânons dans les rues du vieux marché, les rues les plus anciennes avec de superbes maisons traditionnelles restaurées dans le style Qing. On y trouve des échoppes et boutiques de souvenirs par dizaines, c’est très animé.

Les jolies façades de Old Street 

Jour 124

Ce matin, nous flânons de nouveau dans la ville de Lukang sous un soleil bien agréable! Nous retournons dans les rues du vieux marché et au temple de Longshan. Ce temple en bois peint est un petit bijou. Nul doute qu’il serait classé à l’Unesco si Taiwan était un pays reconnu comme tel par la communauté internationale.

 Encore une jolie maison traditionnelle

Nous prenons le petit déjeuner sur le marché au stand d’une boulangerie. Nous testons le petit déjeuner taïwanais typique: un beignet qui ressemble à un churros que l’on trempe dans du lait de soja sucré chaud: succulent! Nous complétons par des petites brioches vapeur au sésame fourrés aux haricots rouges ou aux légumes. Les taïwanais prennent leur petit déjeuner ainsi en s’arrêtant sur le chemin qui les mène à leur travail.

Nous prenons la direction du Sun Moon Lake en nous arrêtant à Changhua pour voir une grande statue de Bouddha de 22m. Elle domine Changhua et une grande plateforme permet d’avoir un large panorama sur la ville. Changhua est une grosse ville de plus d’un million d’habitants. Les villes taïwanaises ne sont pas belles en soi, les immeubles et bâtiments en général n’ont pas une architecture particulièrement esthétique. On pourrait même y voir un petit côté soviétique très austère: de la brique et du béton. Mais ce qui donne le charme à ces villes c’est l’ambiance, la vie qui y règne et les immenses panneaux colorés, devantures de boutiques tout en chinois.

Grand Bouddha de Changhua 
La ville de Changhua 

Nous arrivons après une petite heure dans le centre de Taïwan. Les paysages sont beaucoup plus nature avec les montagnes qui font leur apparition. Nous atteignons le Sun Moon Lake. Cet immense lac, le plus grand de Taïwan doit son nom au fait que l’extrémité du lac formerait un soleil et la pointe sud un croissant de lune.

Il est entouré de montagnes entre 600 et 2000m d’altitude couvertes de végétation dense. Le Sun moon lake est le lieu où les Taiwanais aiment venir passer leurs week-ends au vert et y faire leurs photos de mariage. On peut y faire de nombreuses activités: vélos, randonnées, tour en bateau sur le lac etc...

Sun Moon Lake 

Nous nous arrêtons en premier au temple de Wenwu, moderne mais très joli avec la vue qu’il offre sur le lac.

Temple de Wenwu 
Les jolis toits du temple de Wenwu 
Petites clochettes avec les voeux des fidèles  

Nous faisons une pause repas dans la ville d’Itashao.

Nous goûtons cette fois du riz au porc servi avec un œuf au thé noir, et des dumplings aux crevettes et aux légumes. Un régal!

Bon ça n’a pas l’air très appétissant comme ça mais on vous assure que c’est très bon! 

Ah oui, je ne l’ai pas précisé mais vous avez dû le remarquer: les Taïwanais sont complètement obsédés par la nourriture. Ils mangent tout le temps et partout, un peu comme les Américains! Le grignotage est le sport national. Il faut dire qu’il y a des échoppes partout et c’est vraiment une habitude pour eux de manger des petites quantités mais toute la journée. La rue principale d’Itashao n’échappe pas à la règle et regorge de stands. On a vraiment l’embarras du choix et les tentations sont permanentes.

Nous continuons ensuite par un stop à la Ci’en pagode, qui se dévoile après une volée de 400 marches dans la forêt. Depuis son sommet on a une très belle vue sur l’ensemble du lac.

Ci’en pagode 

Dernier défi du jour et pas des moindres: trouver notre hôtel! Les panneaux sont en chinois et on peut passer 10 fois devant sans le voir! Mais le plus drôle est le regard terrifié des propriétaires en voyant qu’on ne parle pas chinois. Les Taïwanais sont hyper stressés quand ils ne parlent pas anglais et nous fuient allègrement. Du coup, aujourd’hui, c’est le fils du proprio qui s’y colle et s’en sort bien pour nous faire comprendre l’essentiel!

Jour 125

Au petit matin, nous partons visiter le monastère de Chung Tai Chan à quelques kilomètres de Puli où nous avons dormi. Le monastère est un immense centre bouddhiste ultra moderne, un brin mégalo qui a coûté la bagatelle de 350 Millions de DollarS US. Sa construction s’est achevée en 2001. Il a été fait par le même architecte que la tour 101 de Taipei (CY Lee). Son style surprend au premier abord, avec une architecture soviétique assez austère.

Chung Tai Chan 

A l’intérieur, des gardiens géants nous accueillent et protègent l’entrée sur un escalier menant à une statue de Bouddha en granit rose. Le monastère propose des retraites de méditation et les nonnes organisent la visite des lieux.

Ensuite, nous louons des vélos au bord du lac et partons faire le tour du lac. Une belle boucle de 33km qui passe par les lieux que nous avons visité hier et qui permet ainsi de bien s’imprégner des lieux. Le trajet alterne entre piste cyclable et route, il y a peu de trafic c’est vraiment très agréable. C’est assez vallonné.

Au départ de Shueishe 
Quelques vues du Sun Moon Lake 

Nous longeons donc le lac tout le long et traversons d’immenses zones de végétation tropicale avec des fougères, des bambous... vraiment, on se régale! Et ça nous fait plaisir de faire un peu de sport. Nous pique-niquons au bord du lac et savourons le plaisir d’être en t-shirt un 24 Décembre.

Un petit air de lac d’Annecy? 

Mais Taïwan c’est un pays?

L’histoire de Taïwan est unique en son genre! Selon l’ONU, l’île de Taïwan fait officiellement partie de la république populaire de Chine et bénéficie simplement d’un statut spécial (comme Hong-Kong ou Macau) mais fait partie de la Chine.

Selon les Taiwanais, c’est un peu plus compliqué. D’ailleurs son nom officiel est la république de Chine (mais pas populaire!).

Le gouvernement qui était au pouvoir en Chine (le Kuomintang) jusqu’en 1949 s’est réfugié en exil à Taïwan quand les communistes ont pris le pouvoir. Le but de ce gouvernement en exil? Reconquérir le pouvoir en temps voulu! Mais depuis son statut n’est pas réglé: C’est le seul pays au monde qui n’est pas reconnu par les Nations Unies alors qu’il a son propre gouvernement, son propre système de santé, ses propres lois, sa propre armée et administration. Il est membre de l’OMC mais n’a pas de siège au nations unies (même pas de siège d’observation comme l’autorité palestinienne).

Cependant, Taiwan a un soutien inconditionnel des USA et de l’UE mais à la condition (entente tacite) que l’île ne déclare pas son indépendance. Car leur statut c’est un peu le « ni, ni », ni indépendant, ni rattaché à la Chine. D’ailleurs le président Chinois a réaffirmé qu’il raserait l’île si jamais elle déclarait son indépendance! Ça ne rigole pas!

La population taïwanaise est donc partagée entre sentiment d’indépendance et rattachement à la Chine. Elle a le sentiment d’être la vraie Chine, la Chine légitime, n’ayant pas subi les destructions culturelles et sociales du communisme. Mais chez les jeunes il y a un sentiment taïwanais qui grossit de plus en plus. La présidente actuelle de Taïwan est d’ailleurs du parti indépendantiste. A voir donc ce que les années futures réservent à cette partie du monde.

Tsai Ing-Wen, présidente actuelle de Taïwan  
27
déc

Suite du jour 125

Nous avons choisi de passer la soirée du réveillon à Tainan qui est une des villes les plus chouettes pour les touristes à Taïwan.

Nous avons réservé un air B&B pour 3 nuits. La proprio nous accueille adorablement: café, brioches! On communique tout avec le traducteur Google! Des fois, y’a des rendus un peu incohérents mais c’est marrant.

Notre chambre est entièrement décorée dans le style Hello Kitty. C’est vraiment représentatif de l’esprit des Taïwanais qui sont de grands enfants, comme les japonais, fans de dessins animés et de grosses peluches pour lesquels ils se ruinent dans les machines de fête foraine où ils tentent de les attraper avec des pinces automatiques.

Cette chambre est donc sooo cute!!! Et franchement au moins, on s’en rappellera!!!

Micka se prend d’affection pour le chien de la proprio qui lui aussi est dans le thème avec son petit manteau et sa queue rose! 

L’accueil incroyable dont nous bénéficions est ce que nous rêvions d’avoir à Taïwan. La proprio est ultra disponible, elle nous emmène au resto que nous avons réservé pour ce soir et son mari est tout aussi adorable! ( on fait fumer le traducteur Google et ça nous vaut de bons fous rire!!) Ils s’appellent Kernel & Fruit. Enfin, ça ce sont les petits surnoms anglais qu’ils se donnent pour qu’on arrive à les appeler par leur prénom car leur nom chinois est aussi long qu’il est imprononçable!! D’ailleurs, Kernel pense que le prénom de Micka inclut son nom (en mode prénom composé) et l’appelle « Mikelle Loshonne»!

Nous nous offrons un bon buffet dans un joli hôtel de la ville pour le soir du réveillon. (25€ par tête, notre plus cher resto depuis le début de notre voyage, mais ça les vaut vraiment!) Nous passons une super soirée et nous régalons de crevettes, fruits de mer, plats asiatiques, fromage, pain et petits gâteaux qui nous rappellent un peu les repas habituels de réveillon! Un super Noël donc, dont on se souviendra longtemps!!

Réveillon au Tayih Landis Hôtel de Tainan avec un super sapin (spécial voyageurs😉) 

Jour 126

Après un petit-déjeuner pris avec notre hôte, nous consacrons notre journée à la visite de Tainan.

Nos hôtes adorables  

Nous commençons par flâner dans un marché couvert aux superbes étals de poissons notamment. Les poissonniers ont des gros couteaux à la japonaise!

Marché couvert aux poissons 

Nous partons ensuite à la découverte des temples de la ville. En effet, Tainan est la capitale culturelle de Taïwan et on peut y voir de nombreux temples parmi les plus anciens de l’île.

Nous visitons d’abord Fort Provintia. A l’origine, il s’agissait d’un fort construit par les hollandais en 1653 pr se défendre des attaques venues du détroit. Taiwan était appelée alors la Formose néerlandaise. Sous la dynastie Qing, les tours Chikhan (qu’on peut voir aujourd’hui) ont été construites. Ces tours sont de bons exemples de l’architecture traditionnelle chinoise.

Tours Chikhan construites sur les fondations du fort hollandais 

Voici quelques uns des temples de Tainan que nous avons visités.

Temple God of War et ses beaux murs d’enceinte 

Le Grand Matsu temple, palais du dernier des rois Ming, transformé en temple après sa mort, selon ses souhaits. On peut y voir une statue de Matsu en or de 4m. Matsu est la déesse de la mer, très vénérée à Taïwan.

Grand Matsu Temple 

Le temple de Confucius (1665). Son architecture de style classique chinoise est très dépouillée (à l’image de la philosophie de Confucius qui prônait la sobriété). On retrouve de belles portes voûtées et des murs à corniches. Chaque 28 Septembre est célébrée la fête anniversaire de Confucius qui est aussi la fête des enseignants; les temples dédiés au sage ayant une fonction également pédagogique.

Temple de Confucius 

Le Lady Linshui temple est un temple dédié à la déesse de la naissance et de la fertilité. Beaucoup de femmes enceintes viennent y prier pour leurs enfants. Nous en voyons lors de notre visite. Elles viennent faire des offrandes.

Lady Linshui temple 

Le Koxinga Shrine est un mausolée construit en hommage au général Koxinga qui a vaincu les hollandais au XVIIème siècle.

Koxinga Shrine 

Nous grimpons ensuite au sommet du Hayashi department store, grand magasin construit en 1932 en style art-déco qui abrite le plus vieil ascenseur mecanique de Taïwan. De la terrasse, nous avons une vue sur les rues adjacentes et sur la Land Bank, de style néoclassique, construite à l’époque de l’occupation japonaise. Le sommet du Hayashi department store a encore quelques stigmates d’attaques aériennes de 1945.

La Land Bank depuis le Hayashi department store 

Nous nous offrons sur le toit terrasse une pause Bubble Tea et pudding au tofu et aux haricots rouges! Trop bon!

Nous poursuivons par les rues piétonnes de Tainan (autorisées aux scooters seulement) qui sont très agréables et qui regorgent de restaurants et stands de nourriture en tout genre. Nous mangeons des bouchées fourrées au taro (tubercule), aux haricots rouges, au beurre cacahuète (ça c’est pour Micka bien sûr!). La vendeuse prend le temps de nous écrire tous les noms en anglais sur nos petits paquets pour qu’on s’y retrouve. On est touché par toutes ces attentions qu’ont les Taïwanais pour ne jamais nous mettre en difficulté (on avait eu le même ressenti au Japon), c’est tellement bienveillant!

La Shennong Street est une rue ancienne étroite qui abrite 2 temples à ses extrémités et tout le long des petits cafés, boutiques et galeries d’art.

Shennong Street 

Enfin, Tainan abrite quelques petits coins de street art et des grandes avenues très colorées qui regorgent de vie, où les yeux se perdent devant toutes ces enseignes publicitaires qui cherchent à capter l’attention. Magie des villes chinoises....

Street art 

Le soir, nous retrouvons nos hôtes! Ils nous offrent un coffret de bonbons et chocolats pour Noël!! Adorable attention!

Puis ils nous emmènent à un des night market de Tainan. Ils ont une cinquantaine d’années et sont tellement adorables! Ils vont prendre leur retraite bientôt, ils ont une entreprise de décoration d’intérieur.

Omelette aux huîtres! 

Ils nous proposent de goûter plein de choses!! Nous goûtons donc l’omelette aux huîtres que nous voulions tester (perso, j’ai adoré! Les huîtres chaudes c’est particulier mais ça garde ce petit goût iodé! Micka a trouvé cela un peu trop gélatineux à son goût! ) Puis, sur leurs conseils une brochette d’espadon, une de calamar et de la pâte de riz au miel. Nous enchaînons avec des activités du night market qui ressemblent un peu à une fête foraine. Micka fait du tir à l’arc et du tir au pistolet à air comprimé avec « Fruit », le surnom de notre hôte. Incroyable moment, totalement improbable! Avec son épouse, nous faisons des jeux de lancer d’anneaux pour tenter de gagner des peluches!

Puis retour au food market où nous prenons le temps de nous asseoir près des stands: ils nous font manger des fruits, des dumplings délicieux, des petites bouchées à la crevette et au porc enroulés dans une sorte de gélatine qui est en fait de la poudre de maïs. Puis ils nous font manger encore des gâteaux enfantins en forme d’objets divers puis nous terminons par une glace à l’italienne géante!!! Et ils nous ont fait goûter des thés différents aussi.

Nous passons une soirée absolument incroyable à rire et à échanger avec eux. Nous parlons voyages, politique (pour ou contre le rattachement de Taïwan à la Chine??), système de santé, de leur famille et de leurs projets. Ils ont tenu à tout nous offrir. On était hyper gênés car nous sommes quand même leurs «clients » et ils nous ont gâtés comme rarement. L’accueil taïwanais est ainsi: quand un taïwanais vous invite à manger, on ressort absolument repu! Nous sommes vraiment touchés par cette générosité pure, ces moments d’échange qui font toute la saveur du voyage et de la rencontre. Nous avons l’impression de revivre ce que nous avions vécu avec Anshul en Inde: un moment de partage unique où nous pouvons vraiment découvrir la culture taïwanaise. C’est exactement ce que nous cherchions en faisant du air B&B.

Et bien sûr leur petit chien est de la sortie dans son super sac à dos! Trop drôle! 

Donc par rapport au statut de Taïwan: ils sont contre l’indépendance car le prix à payer serait trop lourd. Ils veulent la paix et pas prendre le risque d’un conflit armé. Ce qui se passe à Hong-Kong actuellement les inquiètent. Ils craignent qu’il se passe la même chose si les pro-indépendances prennent trop de place.

Les chinois n’ont pas le droit de venir travailler à Taïwan. Le système de santé taïwanais est un des meilleurs au monde, ils en sont ravis et de nombreux migrants viennent se faire soigner ici.

Ils ont déjà voyagé en Europe (Prague, Autriche, Paris et les châteaux de la Loire) et rêvent de voyager encore plus souvent à leur retraite et de découvrir les Alpes. Ils nous posent des questions par rapport à la montée de l’islam en France. (Cette question revient très souvent en Asie)

Le traducteur vocal Google translate nous aura permis de vraiment échanger sur des sujets. C’est fou comme ça peut rapprocher et permettre la rencontre.

Jour 127

Nous commençons par un petit déjeuner dans une gargote où nos hôtes nous déposent afin qu’on puisse goûter un petit déjeuner taïwanais un peu typique: une soupe de poisson avec du riz dans laquelle on trempe des beignets (type churros). Un peu surprenant mais plutôt bon! Surtout que le poisson est tout frais car Tainan est une ville de pêche.

Petit-déjeuner  

Nous nous rendons ensuite dans le quartier d’Anping à quelques kilomètres du centre de Tainan. C’est là qu’on peut voir quelques vestiges de la présence hollandaise.

Les hollandais conquièrent Anping en 1624 et y construisirent le Fort Zeelandia comme emplacement de défense stratégique de Taiwan. Celui ci sera repris par les chinois en 1662. La domination hollandaise à Taïwan aura été brève.

Fort Zeelandia 

Les seuls restes de l’époque du fort Zeelandia sont des murs et les banians, arbres témoins de cette époque, qui ont de plus de 300 ans. Une grande partie du site a été reconstruite à l’époque de l’occupation japonaise.

Nous nous baladons et pique-niquons au bord de l’eau. On peut aussi voir à Anping un destroyer.

Destroyer et blindé taïwanais  
Vue d’Anping 

Nous repartons ensuite dans le centre-ville de Tainan et Micka en profite pour aller chez le coiffeur car ça commence à devenir nécessaire. On a lu que les coiffeurs taïwanais font de bons massages donc il tente l’expérience tout en essayant de faire comprendre ce qu’il veut pour ne pas ressembler à un personnage de manga! (Car ils aiment bien les coupes avec des dégradés très prononcés).

Bilan: le shampooing et le massage du cuir chevelu se font après la coupe en position 100% allongé sur un gros fauteuil. Quant à la coupe finale, on va dire que c’est pas mal qu’il ne reprenne pas le boulot tout de suite...😜

Le soir, nous mangeons avec nos hôtes «à la maison ». Une fois de plus, nous mangeons jusqu’à plus faim et passons encore de super moments! Ils nous ont acheté plein de bonnes choses à goûter des meilleurs traiteurs de Tainan. Quelle générosité!

Ils sont fans de selfies c’est trop marrant! 
Wax apple: un fruit un peu acidulé, dumplings et desserts à la pâte de riz fourrés aux fruits et au chocolat !

Pour digérer, nous partons faire un tour au night market. Chaque soir, il y a un night market dans un coin différent de la ville de Tainan. Ce soir, nous allons à celui de Huayuan et nos hôtes qui restent tranquilles, nous confient leur bébé pour l’emmener se dégourdir les papattes!! Mdr!!

Prêts pour une vie à 3?!!! 

Le night market est absolument immense. Stands de jeux de tous genres (flippers, mah-jong, tirs, pêche au canard), stands de nourriture par centaines et vêtements... L’organisation sur les food courts est au top et du coup on ne ressent pas du tout l’impression de foule oppressante. Un régal pour les yeux, une animation qui nous porte littéralement.

Huayan market 

Jour 128

Nous partons à 6h30 pour effectuer une grande boucle en voiture dans les montagnes taïwanaises au nord de Tainan. Nous allons explorer les plantations de thé en empruntant la route panoramique 166 jusqu’au village de Ruili.

Taixingyan trail 

Nous grimpons à plus de 1000 m d’altitude. Les montagnes sont recouvertes de champs de thé aux formes très arrondies et alignées. C’est très esthétique. Il y a même un côté un peu mystique avec les nuages de brume du matin.

Jusqu’à Fen Chi Hu, les paysages alternent entre forêts de bambous, champs de thé, petits villages et arbres centenaires. Cette région est le lieu de production du thé Oolong, un thé à mi chemin entre thé vert et thé noir en terme d’oxydation. Le thé Oolong est produit en Chine continentale et à Taïwan.

Nous nous arrêtons manger ensuite à Fen Chi Hu, petit village de montagne assez touristique. Nous nous baladons dans les alentours au milieu d’immenses arbres centenaires, de forêts de mousse et de bambous. Nous ne sommes pas très loin d’Alishan, forêt abritant des arbres millénaires.

Green Bambou Tunnel 
Train à Fen Chi Hu sur une voie ferrée centenaire 
Balade au milieu des arbres centenaires et des bambous près de Fen Chi Hu 

Nous rentrons sur Tainan en fin d’après-midi. Nous nous posons un peu (on est crevés!!) avant de repartir avec Fruit au restaurant. Sa femme Kernel ne nous accompagne pas ce soir. Nous allons manger des ramens dans un restaurant japonais réputé près de chez eux. Les ramens sont absolument délicieux, les meilleurs qu’on ait jamais mangé! C’est trop chouette, on peut choisir la quantité de nouilles, la sauce, la quantité de sel, l’accompagnement et la cuisson des nouilles! Mais toujours aussi gênant de se faire inviter... on a peur de vexer Fruit en insistant pour payer. Quand on dit avec le traducteur Google qu’on peut payer, Fruit émet un petit rire et passe à autre chose... Vraiment difficile de savoir si on commet un impair culturel ou pas...

Ramens!
1
janv

Jour 129 

Ce matin, nous nous levons à 8h30. Immédiatement Kernel se lève et part faire des courses pour le dernier petit déjeuner ensemble. Elle envoie des photos à son mari d’elle tout sourire devant la longue file d’attente qu’elle fait pour acheter ce qu’elle veut nous faire goûter dans une échoppe réputée! (Les Taïwanais adorent les files d’attente, à croire parfois que pour eux ça prouve la qualité d’un lieu).

Nous prenons un super petit déjeuner taïwanais tous ensemble dans leur appartement: soupe type miso avec des zongzis (des énormes bouchées au riz gluant fourrées aux haricots rouges et pommes de terre et au porc pour Micka, avec des sauces à la cacahuète). Le tout est enroulé dans une feuille de bananier. Un délice!

Petit-déjeuner taïwanais  

Puis, elle nous prépare des fruits. Et charge notre sac au moment du départ: fruits, eau, lait de sésame, tout pour pique-niquer! Une vraie mère poule! Elle nous dit qu’elle fait comme avec ses propres enfants! Elle dit qu’elle ne reçoit comme cela que les occidentaux car ils ne parlent pas chinois et que c’est une manière de leur faire découvrir la culture taïwanaise et de promouvoir ainsi son pays.

Lorsqu’on part, elle nous embrasse, nous prend par le cou, on termine par quelques selfies. Nous qui avions lu qu’il ne fallait surtout pas embrasser un taïwanais... comme quoi y’a pas de règle! Nous quittons donc Tainan avec une pointe de nostalgie, tellement heureux de ces 4 jours passés avec cette famille. Nous n’oublierons jamais cet accueil, ces échanges culturels et cette générosité incroyable. Clairement, nous n’aurions jamais ouvert notre porte et notre cœur ainsi à des étrangers. Une belle leçon de partage que nous avons donc reçue là. Ce sera, c’est sûr, un des grands moments de ce voyage.

Nous prenons la route pour Kenting, à l’extrême sud de Taïwan. Sur la route, nous en profitons pour nous arrêter à Fo Guang Shan, un monastère bouddhiste immense dont le nom signifie « la montagne de la lumière de Bouddha ». Le monastère accueille un million de pèlerins par an.

Fo Guang Shan 

Nous y voyons un premier grand bouddha debout doré, lui même entouré de dizaines et de dizaines de petits bouddhas dorés.

Une allée mène au temple principal qui est absolument sublime: il abrite 3 grands bouddhas eux même entourés de 14 000 petites niches éclairées abritant chacune de mini bouddhas. Dommage que les photos face au bouddha soient interdites.

Nous jetons ensuite un œil au réfectoire des moines et des nonnes: il peut accueillir jusqu’à 1000 personnes. On y entre en file indienne 2 par 2 et on y mange en silence bien sûr! Le monastère abrite 800 moines et nonnes, les nonnes ont aussi le crâne rasé. Le monastère accueille également des méditants où des personnes voulant en apprendre plus sur le bouddhisme.

Le musée attenant sur le bouddhisme abrite 12 pagodes et un énorme bouddha dans la posture de la conjuration du mal.

Nous allons ensuite visiter les pagodes du Tigre et du Dragon à 20 minutes du centre de Kaohsiung. Au bord du lac du lotus, se trouve ces 2 belles pagodes colorées de 7 étages, auxquelles on accède par un pont en zigzag: le pont au 9 coins. On rentre ensuite dans la gueule du dragon ou du tigre pour atteindre chacune des pagodes et grimper à leurs sommets.

Les pagodes du Tigre et du Dragon 
Le pont aux neuf-coins  

Juste à côté, se trouve le pavillon du printemps et de l’automne, lui aussi sur l’eau.

Pavillon du printemps et de l’automne sur le joli Lotus Lake 

Nous arrivons en toute fin de journée à Kenting, ville un peu balnéaire. Pas mal de plages et de randonnées à faire à proximité dans le parc du même nom. Malheureusement, la météo n’est pas terrible, beaucoup de vent et de la pluie annoncée. Nous verrons donc ce que nous pourrons faire.

Jour 130

Aujourd’hui, il pleut! Nous tentons quand même une petite visite du parc de Kenting qui consiste en une petite balade en bord de mer avec des passages en forêt. Les rochers sont en fait des récifs coralliens. Il y a quelques passages où l’on se croirait dans la jungle et d’ailleurs le lieu est un peu envahi de serpents! Mieux vaut donc rester sur les sentiers. Les arbres ont des racines gigantesques.

Kenting  
Beaucoup de gros papillons! 

Comme le temps ne s’arrange pas, nous allons manger dans un resto indiqué par notre petit hôtel. Un resto apprécié des locaux où l’on peut manger des sashimis ultra frais et délicieux. C’est le lieu pour en profiter car Kenting est une ville de pêche! Les poissons frais sont dans des aquariums et quelques minutes après on vous les sert dans votre assiette. On se régale avec nos sashimis, une soupe de poisson et des noddles de poissons!

Nous nous baladons ensuite près de Kenting. Il y a plusieurs plages qui doivent être sympas sous le soleil avec de beaux spots de snorkelling. Même si Kenting et ses alentours restent assez urbanisés, c’est le lieu un peu paradisiaque de l’île de Taïwan.

Le soir, nous nous rendons au Night Market de Hengchun. Très typique et prisé des locaux, il est plus sympa que celui de Kenting. Nous nous y régalons. Nous y croisons la proprio de notre hôtel qui fait la queue au stand pattes de poulet et s’amuse à nous dégoûter!! Lorsqu’on la retrouve à l’hôtel elle nous offre des pop corns qu’elle a acheté à notre intention au night Market pour la route demain! Trop adorable! Les Taïwanais sont vraiment très accueillants et très cadeaux!

Omelette aux huîtres, un stand très sympa où on choisit ses sushis... et Micka, accro aux dumplings... 

Jour 131

Nous prenons notre petit-déjeuner en papotant avec la sympathique propriétaire du petit hôtel où nous logeons. Elle et son mari ont notre âge, ils ont un petit côté artiste puisque lui est photographe de métier. Ils ont repris ce petit hôtel il y a quelques mois. Entre temps, ils ont eu des triplés! Elle a un enthousiasme communicatif et une spontanéité incroyable. C’est très agréable de papoter avec elle. Vraiment, y’a pas à tortiller, l’accueil à Taïwan c’est quelque chose!

Aujourd’hui, nous avons une grosse tirée à faire en voiture jusque Hualien puisque nous allons longer toute la côte Est en voiture. Cette côte est beaucoup plus sauvage, pas d’autoroute mais une nationale qui longe les bords de mer. Pas mal de gens font la côte est en vélo. Ça doit être sympa mais la piste cyclable longe la nationale et n’est pas vraiment isolée.

Le pont Sanxaitai nous plait beaucoup: un joli pont de 8 arches qui rappelle le dos d’un dragon. Il rejoint un îlot volcanique rempli de végétation tropicale. Nous nous y baladons un moment pour nous dégourdir les jambes avant de reprendre la route jusqu’à Hualien.

Pont Sanxaitai 

La suite du trajet est très belle, les montagnes plongent directement dans l’océan, on réalise bien que l’île de Taïwan est très montagneuse.

La côte Est à une heure de Hualien

Jour 132

Il a plu toute la nuit, heureusement ce matin ça se calme. Le ciel est bien gris mais nous pouvons quand même partir en direction des gorges de Taroko. Ces gorges, très célèbres à Taïwan ont été formées par une rivière qui a creusée son chemin à travers de gigantesques montagnes de marbre et de granit.

Gorges de Taroko 

Les parois abruptes font plusieurs centaines de mètres par endroit.

Les falaises sont traversées de lignes alternant marbre noir et marbre blanc. On dirait presque une peinture abstraite par endroit.

Les gorges s’étendent sur près de 20km. La route sillonne et passe par de très nombreux tunnels creusés dans ces montagnes.

Tunnel of Nine Turns 

Nous y faisons plusieurs arrêts et plusieurs balades pour profiter des paysages. L’eau de la rivière a des reflets bleus/verts par moments.

Shakadang trail 

Les photos ne rendent rien mais sur place, on est quand même saisis par les perspectives et la profondeur des gorges. Le lieu doit être absolument magique sous le soleil. (Une autre fois peut être?!)

Une des balades nous mène à ce pont suspendu et à cette cascade après plusieurs tunnels piétons à travers les gorges.
Baiyang trail 

Pour notre soirée du réveillon, nous avons, comme pour Noël, réserver un petit buffet dans un joli hôtel à Hualien. Le point positif c’est que comme les Taïwanais ne fêtent pas spécialement le 31, les prix étaient les mêmes que n’importe quel jour, donc abordables pour nous. Pour eux, ce qui compte vraiment c’est le Nouvel An chinois courant Janvier.

Nous passons une très bonne soirée dans le joli restaurant du Farglory Hôtel au style et à la décoration British. On se régale de crevettes, sashimis, salades et bouchées diverses, soupes, bœuf braisé pour Micka, fromages, dessert variés, jus de fruits, pétillant, tisanes... bref, on profite du moment pleinement.

Soirée du 31! 

Par contre, du coup ça finit un peu tôt (genre 21h les serveurs commencent à plier!) mais ça nous va car c’est le rythme taïwanais. Ils mangent vraiment très tôt (18h environ) et le 31 ne fait pas exception. On prolonge la soirée dans les salons de l’hôtel.

Farglory Hôtel ou comment 2 ploucs en tenue de randonneur ont investi les lieux!😉

Jour 133

Cette nuit, la terre a tremblé!! On avait entendu que Taïwan était en zone sismique et que pendant un séjour de 15 jours on «avait des chances » de ressentir un tremblement de terre. Et bien cette nuit, il y a eu un petit séisme de magnitude 4,6, le 89ème de l’année!! Très court, mais on l’a bien senti et on a entendu la vaisselle trembler!

Nous prenons la route du nord pour nous rapprocher de Taipei, un peu plus de 4h de route aujourd’hui.

La côte au nord de Hualien 

Nous nous arrêtons à Yeliu, un cap tout au nord de Taïwan où l’on peut voir de jolies formations rocheuses ayant subi des phénomènes d’érosion. Cela a donné de drôles de champignons aux formes variées.

Bon, nous n’y sommes pas seuls! Chacun veut son selfie avec son champignon!!;-)

Yeliu Park  

Encore une fois, on imagine le potentiel du lieu sous le soleil! Après cette petite pause, nous poursuivons jusque Tamsui.

Encore quelques « champignons »! 

La ville de Tamsui, située près de Taipei, à l’embouchure de la rivière Tamsui est hyper agréable! Elle est très bien décorée pour les fêtes, très vivante avec des bords de rivière remplis de boutiques, stands très animés. Elle a un petit côté bourgeois. C’est la ville où on a trouvé qu’il y avait un peu de l’ambiance féerique des fêtes de fin d’années.

Tamsui by night 

Quelques « spécificités » taïwanaises qui nous ont marqué

Il y a des toilettes publiques gratuites ultra propres absolument partout: sur tous les lieux touristiques, dans toutes les supérettes, les stations de métro, les marchés, les stations service etc... le top confort!

Toilettes publiques en forme de bus! 

Dans les station-service, on vous offre une boîte de mouchoirs quand vous faites le plein! Ma foi... pourquoi pas?! Quand au prix de l’essence, il est fixe dans tout le pays, bien pratique!

Les camions-poubelles diffusent une mélodie particulière quand ils sillonnent les rues, un peu comme une boîte à musique. Vraiment très curieux et amusant!

Chaque ticket de caisse est aussi un billet de loterie. Une fois tous les 2 mois il y a un tirage au sort par le gouvernement pour tenter de remporter le pactole! (Bon ce n’est pas philanthrope de la part du gouvernement, c’est aussi une manière d’éviter les paiements au black!)

Un café qui peut donc rapporter gros!! 

Dans les restaurants, on commande souvent ce qu’on veut manger en remplissant un bon et on paye à la caisse avant de manger.

Voyons voir.... qu’est ce qu’on mange?! 

Les Taïwanais sont fous de café et très connaisseurs. Ici, peu de capsules mais du bon café en grain qu’on peut choisir. Beaucoup de jeunes rêvent d’être barista et d’ouvrir leur coffee shop.

Distributeur automatique de café  

L’enfer du plastique c’est ici: tout est emballé et sur-emballé et la vaisselle/les baguettes sont souvent jetables. Si la vaisselle n’est pas jetable, ils recouvrent les assiettes de cellophane pour ne pas avoir à les laver (dans les night market surtout), de même les nappes sont en plastique jetable pour ne pas avoir à passer un coup d’éponge sur la table... Enfin, on emballe le produit dans une boîte puis on met la boîte dans un sac et les petites sauces dans un autre sac et le tout dans un grand sac... (vous voyez le genre??).

Quelques exemple de suremballage!! 

Les taiwanais cuisinent peu. La nourriture est bon marché donc ils achètent à emporter ou mangent dans les night market, gargotes etc...

Ça ne les dérange pas de faire des heures de queue pour acheter à manger ou pour faire une photo... les files d’attentes sont parfois hallucinantes et disproportionnées par rapport au produit pour lequel on attend. Le summum ce sont les files d’attente au Din Tai Fung: une chaîne de dumpling très à la mode. A chaque fois qu’on a essayé d’y aller, la file d’attente était de 60 à 120 minutes! Délirant!

Une file d’attente interminable pour se prendre en photo sur...un rocher! 
File d’attente pour acheter du thé au lait!  

Les touristes occidentaux ne sont pas les touristes cibles. Clairement, visiter Taïwan nous remet à notre place. Non, le monde ne tourne pas autour de nous et de notre culture même si en tant qu’occidental on a cette fâcheuse tendance à être ethnocentré.

Les autoroutes sont la plupart du temps surélevées et passent sur des viaducs immenses. Est ce par gain de place?

Les Taïwanais conduisent par contre très mal. Pas très fair play et ils doublent à droite ou à gauche ou les 2 en même temps parfois!

Les taxis Taïwanais sont jaunes, ça fait très taxis new-yorkais!

Il y a très souvent des chambres sans fenêtre en raison probablement de la densité de population. (650 habitants/km2) Mieux vaut ne pas être claustrophobe. Et ne cherchez pas le rez de chaussée, ici c’est le 1 er étage!

On se déchausse systématiquement avant de rentrer chez quelqu’un ou dans sa chambre d’hôtel ET on met des pantoufles! (On ne reste pas en chaussettes!!!)

Petits chaussons obligatoires pour tout le monde! 

Enfin, on n’aura vu zéro crotte de chien et zéro déchet par terre à Taïwan (malgré l’absence de poubelles... Paradoxe total avec le suremballage omniprésent)

Nous n’avons vu aucune mendicité. Une impression de calme partout malgré le monde. Et pour finir, un sentiment de sécurité totale partout et à toute heure. Taipei est la 2ème ville la plus sûre du monde après Tokyo.

4
janv

Jour 134

Ce matin, nous achetons notre petit-déjeuner au 7/11 et allons le manger au bord de la Tamsui River au soleil! Très agréable!

Tamsui de bon matin, sous le soleil  

Nous roulons ensuite jusqu’à l’aéroport pour rendre la voiture. Elle nous aura fidèlement servi pour ce road-trip autour de l’île de 1900km quand même!

Après une pause wotons (de gros raviolis chinois), nous partons explorer le quartier de la Taipei 101 que nous n’avions pas pu faire correctement en raison du mauvais temps en début de séjour.

Pause repas dans un quartier plein de restos près de la Taipei 101 

Là, il fait un grand ciel bleu. Nous traversons le parc Sun Yat Sen et nos yeux tombent sur la tour absolument superbe.

Parc Sun Yat Sen 
Sun Yat Sen est considéré comme le père de la nation chinoise: il mit fin à la dynastie Qing et fonda la République de Chine. 

On décide donc de monter au sommet. L’ascenseur qui y grimpe est soi disant le plus rapide du monde. (17m/s, 60km/h) C’est vrai qu’on atteint la plateforme forme d’observation à 389m en quelques secondes à peine! On ressent même une légère pression dans les oreilles pendant l’ascension.

Taipei 101, nous voilà! 

La Taipei 101 est la 9ème plus haute tour du monde. Au sommet, on voit la ville derrière des vitres dans un premier temps. On se rend très vite compte qu’il n’y a pas de buildings et que donc la ville est plutôt plate. Mais ce qui surprend vraiment c’est la proximité des montagnes. On voit que les collines sont tout de suite à l’est de la ville.

Nous pouvons ensuite voir l’énorme boule en acier de 60 tonnes qui permet d’équilibrer la tour en cas de vent fort ou de séisme. Impressionnant! On préfère quand même ne pas être là-haut le jour où ça tremble!

La boule stabilisatrice  

Ensuite, on peut rejoindre une terrasse extérieure d’observation. Elle n’est accessible que quand la météo est favorable et pas trop ventée. On a donc de la chance de pouvoir y aller!

Au fond la Tamsui River puis la mer 

Après cette visite de la tour, nous allons au sommet de l’Elephant Mountain, une colline à proximité d’où l’on a une superbe vue sur la Taipei 101. L’endroit est très populaire au coucher de soleil. Il faut dire qu’une telle proximité de nature aux abords de la ville a de quoi séduire. On y reste jusqu’au coucher du soleil.

Depuis Elephant Mountain  

Là, la tour s’éclaire! La Taipei 101 est éclairée chaque jour de la semaine d’une couleur différente. Aujourd’hui c’est en vert!

Nous mangeons ensuite au marché de nuit de Linjiang Street qui s’avère un peu décevant. (Rien à voir avec les night market de Tainan ultra animés).

On y mange quand même nos bouchées favorites: oignons verts, cacahuètes et sésame!

Jour 135

Nous passons une journée de détente à Taipei à nous balader et revoir les lieux que nous avons aimé. Nous faisons un petit tour au marché aux poissons (qui est plus destiné aux professionnels qu’aux particuliers en fait) et au marché aux fruits et légumes à côté.

Marché aux poissons 

A Ximending, nous goûtons le congyoubing: pancake frit aux oignons verts agrémentés d’œufs, fromage et d’une sauce épicée. Encore une petite spécialité (bien grasse!) qui manquait à notre tableau de chasse!

congyoubing 

Nous passons l’après midi dans le quartier de la Taipei 101 et mangeons au food court de la tour pour notre dernière soirée. (Des ramens dont Micka raffole!)

Bon, vous l’aurez je pense bien compris, on a adoré Taipei tout comme on a adoré de manière générale Taiwan. Une destination qui sera un des gros coups de cœur de ce « tour du monde ». Un pays qui comme l’Inde mais dans un style complètement différent nous aura dépaysé, dérouté, passionné culturellement et régalé culinairement parlant. Taïwan est le premier pays de ce voyage où l’on se dit qu’une expatriation y serait une opportunité à saisir!

Dernière petite remarque amusante: on a vu pas mal de couples mixtes, c’est à dire de jeunes occidentaux avec des taïwanaises. En revanche, on n’a pas vu de femmes occidentales avec des Taïwanais... quelle injustice!